LES ORIGINES DE L’ENCENS :


l’apparition de l’encens remonte à la naissance du culte des morts chez les hommes de Néandertal.

Il est depuis utilisé couramment dans les de nombreux rites religieux sur toute la surface du globe. L’encens est une gomme, ou une résine extraite de divers troncs d’arbre de régions subtropicales.

Dans de nombreux cas, on y intègre d’autres ingrédients : bois, feuilles, fleurs benjoin, racines...

Il fut offert aux morts parce qu’il était considéré comme une substance capable d’entretenir dans la dépouille du défunt le principe vital et d’assurer leur immortalité.

Les premières traces écrites faisant référence à l’encens font mention de Baal, un dieu assyrien, comme en étant un grand consommateur. ( texte IV Rois, XXIII, 4 (cf. v. 11) : « Josias fit périr les prêtres qui brûlaient de l'encens à Ba`al-Šéméš », c'est-à-dire à Baal-Soleil.

Ensuite, dans l’Ancien Testament, Yahvé en fait l’éloge à 113 reprises et il en révèle même à Moïse la composition du fameux mélange.

Plus tard, les Égyptiens, les plus grands parfumeurs de l’Antiquité, le considéraient comme rendant divin.

En Egypte, brûler de l’encens ( ou Sen Netjer) est le meilleur moyen d’ entrer en contact avec les mondes invisibles. Cette croyance ensuite fut adoptée par les Grecs et les Romains. Mais il ne faut pas oublier qu’il est utilisé dans toutes les civilisations ( Amérique, Asie, Îles, Europe, Afrique)

La combustion de l’encens a pour but de modifier le taux vibratoire d’un lieu où s’ exhalent les fumées, en fonction des résines qu’on brûle. Et dans certains cas, il est capable de « dissoudre » certaines énergies. C’est pourquoi les mélanges doivent être faits avec la connaissance des effets de chaque principe.

Il protège magiquement le lieu en repoussant énergétiquement les forces négatives qui pourraient contrarier le déroulement du rite ou de la vie quotidienne.

3 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout