Les différents types d’encens

Comment s’y retrouver dans la longue liste des encens ? pour commencer, sachez qu’ils ne proviennent pas tous de la même source.

Certains viennent de la sève des arbres, quand d’autres sont le résultat d’un long travail.

Voici une liste simplifiée des différents types d’encens que vous pourrez trouver dans les boutiques de notre monde moderne.

Les Résines

Les résines sont issues des sèves d’arbres. La sève extraite est laissée à secher pour devenir un bloc ou des « larmes » ( petites granules plates, comme par exemple le benjoin de sumatra) très durs et qui génèrent une grande quantité de fumée. L’Homme se sert de ces matériaux pour les rituels depuis l’antiquité partout dans le monde. Aujourd’hui on peut trouver ces résines sous trois formes : le bloc, les larmes et la poudre ( qui est en fait, un bloc broyé pour plus de facilité d’utilisation. Ceci ne change rien à l’efficacité de l’encens.)

Les plantes

Les feuilles et fleurs sèches ou fraîches font partie de beaucoup de mélanges d’encens. Chacune possède une spécificité réactive en contact avec la chaleur. Personnellement, j’aime beaucoup travailler avec les plantes, bien qu’il ne soit pas forcement facile de trouver le bon dosage, car elles sont très différentes. À titre d’exemple, les feuilles de Laurier qui font partie des plantes les plus efficaces en matière de purification.

Les racines et bois

Tout comme le santal, la cannelle, ou encore la racine de mandragore, les racines et bois sont des éléments incontournables de l’art de l’encens. On utilise pas forcement ces éléments de la même façon, selon leurs propriétés ou ce qu’on attend de leur fumée : écorce broyée, poudre, morceaux fins...

Les minéraux :

Ils sont dans la plupart des cas présentés sous forme de poudre capable d’être brûlée. Le souffre, par exemple.

Les essences :

Toujours présentes sur le marché, les essences ont de très bon resultats dans les mélanges d’encens.

Le camphre, par exemple, qui est le résultat d’une longue distillation de feuilles et d’écorces et de branches d’un arbre très particulier. On peut s’en servir pour brûler, car elle se présente sous forme de poudre.

Le Latex :

L’aloes du cap est un encens « latex ». sa substance est tirée des feuilles, puis durcie au contact de l’air pour devenir un bloc brun rougeâtre à l’odeur âcre qui devient alors utilisable sur un charbon ardent. ( attention à l’Aloes, lisez l’article sur cette plante avant de vous en servir)

Lorsque je fais mes mélanges, je reste très attentive à l’origine des matières dont je me sers. De leur qualité et leur pureté dépendent les résultats du mélange, et la santé des gens qui les brûlent. Un mauvais encens du commerce, peu cher et fabriqué par des personnes peu scrupuleuses ou des industriels peut être un facteur de problèmes respiratoires, et là n’est pas le but recherché lorsqu’on cherche à améliorer son environnement de vie.


14 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout